Assassin's Creed Origins écran d'accueil

Assassin’s Creed Origins : ma première aventure avec la confrérie !

Ah que coucou ami(e)s lecteurs/trices ! Je sais, je sais… vous vous dites : “Pfff… Encore un énième article sur Assassin’s Creed Origins, c’est bon quoi… >_>“. Et bien, oui. Mais ! Ce dixième opus est le tout premier pour moi. Oui oui, vous avez bien lu : je n’avais jusqu’à présent joué à AUCUN Assassin’s Creed ! Je regardais de temps en temps Monsieur y jouer mais ça remonte à loin car il s’agissait du tout premier jeu sorti en 2007.

Pourquoi ACO et pas un autre ?

J’ai été méga bluffé lorsque j’ai regardé la bande-annonce d’Assassin’s Creed Origins. C’était mystérieux, super beau et surtout : ça se passe en Égypte punaise !! Ce pays à un riche passé historique et une mythologie que j’apprécie énormément. Je suis vraiment hyper contente de passer des heures à sillonner les terres de l’Égypte ancienne en compagnie de Bayek de Siwa.

En parlant du loup, notre Medjaÿ (protecteur du pays responsable de la justice, un peu comme un shérif) est un vrai couteau suisse. Il peut endosser les rôles d’enquêteur, de chasseur de trésor (je dirais même de pilleur, voire voleur ?), d’aventurier, de défenseur du peuple, le tout en usant de ses talents d’archer, de combattant à l’épée (et autres types d’armes), de nageur et d’escaladeur hors-pair.

Il peut compter sur les yeux de son fidèle aigle Senu pour détecter tout les ennemis aux alentours. Alors oui, on peut dire que ça facile énormément la jouabilité (je pense que les habitués d’AC ont du se faire la remarque). Je n’ai pas vraiment mon mot à dire étant donné que je suis une novice dans cette série mais j’apprécie fortement cette collaboration humain/animal (faut avouer que c’est méga stylé quand même). Bon par contre on est clairement dans l’abus quand Senu arrive à déceler nos rivaux à travers les murs…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Synopsis

Assassin’s Creed Origins nous plonge dans la quête de vengeance de Bayek. En effet, un homme de pouvoir à tué son fils, Khemou. Cette aventure va avoir d’énormes conséquences et notre Medjaÿ sera tiraillé entre politique, complots, pouvoir et vengeance. Se bat-il pour la bonne cause ? Peut-il vraiment faire confiance à tout le monde ?

J’apprécie beaucoup ce protagoniste honnête, généreux et serviable. Il est droit dans ses baskets malgré ses tourments, sa quête de vengeance ne l’aveugle pas. Il veux détruire l’Ordre des Anciens qui manipule et maltraite la population égyptienne.

Au même moment, dans le présent, se trouve Layla Hassan. Ses recherches non autorisées (thug life) lui ont permis de retrouver deux momies en Egypte, dont l’une d’elle est celle de Bayek. Ni une, ni deux : la chercheuse décide sans le consentement de son supérieur d’utiliser son Animus portatif pour accéder aux souvenirs du Medjaÿ et ainsi découvrir l’origine de la Confrérie des Assassins. Sa meilleure amie Deanna Geary, infirmière, l’assiste par téléphone. Que de prise de risque !

C’est que d’l’amour !

Comme je vous l’ai dit, c’est mon tout premier AC : je ne peux donc pas comparer Assassin’s Creed Origins aux précédents opus. Par contre, j’ai très envie de vous faire part de mon ressenti (en un mot : fdhjskhlfscfsdjkl) :

Quête principale : riche en rebondissement, je me suis surprise à me poser autant de question que Bayek. Elle nous fait parcourir l’Égypte de haut en bas et rencontrer des personnages et des villes historiques. A noter : nous pouvons, tout comme dans Skyrim, switcher entre les quêtes (et ça c’est cool).

Quêtes secondaires : elles sont également riches en contenu, nombreuses, scénarisées et toutes différentes : c’est un régal. Certaines prolongent des événements qui se sont passés dans la quête principale.

Carte/monde ouvert : comment vous dire que JE SURKIFFE CETTE MAP ?? Quel pied de découvrir de nouvelles régions et de nouveaux lieux ! Y’a pas une ville qui ressemble à une autre, certaines sortent du lot d’ailleurs. Franchement, on s’y croirait. Même ma mère adore (si si, les graphismes et les détails l’ont bluffée). Point cool : nous pouvons nous promener dans toute la carte dès le début de l’histoire : rien n’est bridé !

Mode photo : l’a-po-thé-ose punaise !! Pouvoir allier ma passion des jeux vidéo et de la photographie me comble de joie ! J’aime me promener à la recherche du beau cliché. J’aime également regarder et apprécier les clichés des autres : cette interactivité est cool !

Système de combat : le fait d’être focus sur un ennemi donne le tournis et n’est pas vraiment pratique, du coup je fais sans la plupart du temps. La variété du choix d’arme est un atout : y’a de quoi faire ! J’adore me planquer pour me jeter sur mes ennemis lorsqu’ils passent près de moi. J’adore également me jeter dans le tas en mode yolo comme une bourrine (no tiiime !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Discovery Tour

Alors là… Mais QUELLE CLAQUE PUNAISE !! Je ne m’attendais pas du tout à ça ! Je m’y suis aventuré totalement par hasard. En résumé, et sans spoiler : le Discovery Tour vous permet d’explorer le monde d’Assassin’s Creed Origins tout en vous cultivant. En effet, des visites guidées interactives sur plusieurs thèmes vous sont proposées. Impossible de passer à côté de ça, surtout quand on aime l’Égypte antique ! N’hésitez pas plus longtemps : foncez tester ce mode. Sans mentir, certaines (toutes ?) anecdotes sont très intéressantes.

Mots de la fin

ACO comble totalement mes attentes de joueuse d’action/RPG. Les seuls “points négatifs” (c’est un grand mot, d’où les guillemets) que j’ai pu noter sont le manque de narration dans le présent (j’oublie trop souvent que nous incarnons à la base Layla Hassan) et les trop nombreux camps romains que nous devons finir pour obtenir le trophée “vieilles habitudes“. Rien de bien méchant, ça n’influe en aucun cas mon expérience vidéo-ludique. Je compte bien faire d’Assassin’s Creed Origins mon cinquième platine !

Habitués de la série Assassin’s Creed, qu’avez-vous pensé de ce dixième opus ? Selon-vous, est-ce qu’Ubisoft a réussi à redonner un souffle à sa série phare ? Venez partager votre avis en commentaire en dessous de l’article !

2 comments

  • Ludovic -

    Super article et c’est assez cool de lire la découverte d’une licence aussi grande soit-elle.

    AC Origins est un jeu tellement généreux, tellement beau qu’il a relancé mon intérêt pour la licence. J’avais abandonné après Black Flag et accroché timidement à Unity.

    Je crois que l’époque choisie y fait pour beaucoup. L’Egypte est fascinante et permet des décors éblouissants.

    En ce qui concerne, le scénario j’aime beaucoup l’histoire principale et je trouve l’écriture de Bayek super intéressante surtout dans sa relation avec sa compagne. Il y a une telle violence émotionnelle entre eux.

    Le seul bémol est aussi lié au scénario: la narration se perd parfois du fait qu’on puisse choisir nos quêtes comme on veut.

    La map immense permet de vraiment voyager et de faire sublimes photos ^^ (merci Ubisoft). Je me suis mis en difficulté aussi pour “Vieilles Habitudes”.

    Pas très emballé au départ par ce jeu, je l’ai pris sans grande convictions et je suis conquis de A à Z. Il dépasse les épisodes récents et rejoins mon top 3 des AC. ( II / Brotherhood / Origins)

    J’espère arriver au 100% et m’attaquer aux DLC (que tu envisages?)

    • Mllekomiko

      Merci de ta lecture et de ton commentaire ! En effet, on peut difficilement résister à l’appel de l’Égypte ancienne.

      Je n’ai pas parlé d’Aya dans cet article car je ne m’attendais pas du tout à la présence d’un tel personnage secondaire dans le jeu. Leur relation est très passionnelle, c’est dingue.

      ACO est donc une très belle surprise pour toi, c’est cool ! J’envisage en effet de faire les DLC, je veux prolonger mon aventure en Égypte (et continuer à squatter le mode photo, haha !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *