fantasy life wallpaper

Fantasy Life : un jeu addictif (dont l’effet s’estompe)

Bien le bonjour cher(e)s lecteurs/lectrices ! Tout mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2015 ! Avez-vous passé de bonnes fêtes ? Le père Noël m’a gâté cette année : il m’a offert, entre autre, le jeu vidéo Fantasy Life sur Nintendo 3DS ! C’est un RPG/simulation de vie édité par Brownie Brown et Level-5. Il est sorti le 26 septembre 2014.

Racontage de vie [ON]

Mon aventure dans Fantasy Life a commencé le 25 décembre. Ayant fêté Noël le soir du réveillon (attention, j’ai quand même ouvert mes cadeaux à minuit, JE N’AI PAS TRICHÉ !!), je pouvais profiter tranquillement de la journée de Noël pour faire mumuse avec mes joujoux ! J’ai donc commencé une nouvelle partie… Et j’ai très vite accroché. J’ai passé mon aprèm’ dessus ! J’allume d’habitude mon ordinateur tout les jours, même si je ne fait rien de concret avec (ouais, j’arrive à glander sur le PC, faut l’faire). Et bah je l’ai carrément abandonné, quelle infidélité ! J’étais focalisé sur ma 3DS pendant 2 jours.

Je n’ai pas testé le mode multijoueur, je vais simplement vous parler du mode solo de Fantasy Life ! Sachez tout de même que l’on peut jouer à 3 en mode multi.

Carte-reveria-fantasy-life

Premières impressions

Notre premier jour dans la ville de Castel va nous permettre de rencontrer Flotillon, un papillon qui parle. Il va devenir notre acolyte. Avant cela, nous avons droit à un didacticiel un tantinet long et un peu répétitif à propos de la carrière que vous avez choisi. Tout se passe bien jusqu’au jour ou une mystérieuse météorite s’écrase sur notre toit. Le Roi Erik de Castel nous charge de mener l’enquête qui va nous faire voyager dans tout Rêveria. Quelles sont ces étranges pierres ? D’où viennent-elles ? Qui est vraiment Flotillon ? Pourquoi les vacances sont finies (oups) ?

La personnalisation de son personnage : il y a un excellent compromis entre le choix des détails varié et le temps de création. Pas besoin de passer 3h là-dessus (pas comme sur les sims, hinhin) ! Et pourtant on arrive à faire quelque chose, assez pour ne pas rencontrer une copie conforme en multi (du moins, c’est ce que je pense). Vous avez ensuite le choix entre 12 métiers : paladin, chasseur, mineur, forgeron, alchimiste, …

Premières images de Castel, une des villes de Rêveria. Je trouve les couleurs très jolies, c’est chaleureux et vivant. Les graphismes sont mignons. Les mélodies sont agréables, elles ne sont pas répétitives. Et la carte est très vaste !

Les quêtes

Il y en a de 3 sortes. Il y a la quête principale, très facilement trouvable car une flèche rouge indique le chemin à suivre sur la carte (écran du bas). Deuxièmement, il y a les quêtes de Flotillon, votre acolyte. Elles vous permettent d’en savoir plus sur les villes et leurs habitants et sont de mèche avec la quête principale, c’est très sympathique ! Et troisièmement : les requêtes du peuple. Les villageois vous demanderont tout un tas de choses (tuer des bêtes, créer des vêtements, ramener de la nourriture, etc.). Fantasy Life nous propose un large choix de quête, et c’est cool.

La quête principale est intrigante et mystérieuse. L’identité de Flotillon est bien caché. Quelques indices nous mettent sur des pistes, mais pas au point de connaître la fin de l’histoire dès le début ! Il y a une nouvelle intrigue à chaque chapitre de la quête principale.

Les métiers

J’ai passé le niveau maître assez rapidement dans 3 métiers : tailleur, paladin et forgeron. On craft en faisant des minis jeux d’adresse. On pourrait croire que c’est rébarbatif, mais après 40h de jeu je peux vous dire que non. L’envie d’up son métier est forte ! De nombreuses nouvelles recettes s’ajoutent au fur et à mesure de votre maîtrise. Un nombre impressionnant de défis vous donneront parfois du fil à retordre. Vous trouverez une multitude de matériaux ! Quand vous progressez, vous acquérez des “pouvoirs” qui vous permettent de crafter plus vite. Pour le métier de paladins, vous avez également des “pouvoirs” qui vous permettent de faire des supers-attaques. Les défis de ce métier consistent à taper du mob.

Points négatifs

Le plus gros ? Les dialogues : il y en a beaucoup trop ! Ça parle souvent pour rien dire… D’autant plus qu’il y a beaucoup de personnages, on peut donc se perdre facilement dans toutes ces paroles. J’ai fini l’histoire et sincèrement, tous ces dialogues m’ont retourné le cerveau. Mais bon, j’ai compris le principal.

fantasy-life

De la chance, dis-tu ??

Je n’ai trouvé aucun intérêt au stuff, à par le côté fashion (et encore). Je n’ai jamais changé de tenue en 20h de jeu solo (pendant la quête principale). J’ai sauvé Rêveria avec mes vêtements de pauvresse de tisserande. Le stuff devient utile face aux boss (certains sont costaux, les fourbes !) et lorsque vous sortez des sentiers battus (même les mobs peuvent vous mettre KO !).

Le loot n’est pas assez mit en avant. Au fur et à mesure de l’aventure, vous débloquez des objets utiles pour crafter. Ils sont disponibles chez les marchands… Du coup, pas besoin de looter (par contre il faut avoir un max de rêvahs, certains ingrédients/objets coûtent chers !).

Conclusion

Malgré ses quelques défauts, Fantasy Life vous offrira tout de même des heures d’amusement ! Vite addictif, il saura cependant vous calmer après plusieurs heures de jeu. Mais cela ne vous empêchera pas de continuer à y jouer, ne serai-ce que pour les défis métier (je veux être le master de la couture !!).

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *